Sarah Tailleur Photographe »

Personnel: Personnalité en tandem

Adolescente, je me définissais par mon côté sombre et mystérieux. Mon regard franc était hanté par une dureté inébranlable. Faire peur et m’imposer étaient mon mode de survie. Crier et hurler avec agressivité mes armes. Malgré ma petite taille et mes 110 livres, vêtue de noir la plupart du temps, je désirais instaurer le respect. Je pouvais bousculer sans gêne et frapper si je le devais. Une boule d’émotions prête à exploser créant un cocktail dangereux. La réalité, c’est que j’étais très souvent terrorisée. Je cachais mon amour pour ne pas avoir l’air faible. L’air hautain et suffisant. J’étais certes beaucoup plus jolie. Mais de la beauté éphémère de la jeunesse. J’avais l’air d’une louve prête à mordre, mais je n’étais qu’une brebis. Une brebis craintive, guidée par la peur et effrayée par les autres.

Adulte, j’ai tenté de tout effacer de cette partie de moi pour m’accomplir et entrer dans le rang. J’ai aussi commencé à avoir peur de cette attitude. De celle qui avait tout pour me mener en enfer. Je l’ai donc enterrée, espérant que ça suffirait pour ne jamais la revoir. Dans la sphère professionnelle, on s’attend à la courtoisie et au sourire. Je suis devenue plus douce et plus réfléchie. J’ai montré mon beau côté et caché un peu mieux mon émotivité. C’est aussi ça vieillir. Je suis physiquement moins impressionnante. Je vois les cernes se creuser sous mes yeux et les livres en trop laissés par deux grossesses, mais d’une beauté mature. Celle qui vient avec une femme qui a confiance. Je réalise que maintenant, j’ai souvent l’air d’une brebis, mais je n’ai jamais été aussi louve de ma vie. Montrant ma douceur et mes sourires, mais prête à tout affronter avec solidité.

Pour être complète, je ne peux qu’être une seule partie de moi-même. Je ne peux que montrer qu’un seul visage. Je ne peux être que l’émotive farouche ou la tête forte qui réussit. C’est pourtant souvent ce que j’ai l’impression que la société désire à partir du moment où l’on a une carrière et des enfants. C’est rassurant et normal à voir. On ne juge pas celle qui semble gentille et sans défense. On la prend plutôt par la main pour la joindre à notre équipe et on ne s’en méfie pas.

Avec la trentaine, je me pose une foule de questions sur celle que je suis. Je vois celle que j’ai été pendant ma dizaine et celle de ma vingtaine. Je cherche désormais l’équilibre, car j’ai seulement balancé de l’extrême à l’autre. Je ne désire plus cacher toutes les facettes de celle que je suis.

Je veux être une femme complète. À la fois louve et brebis.

pinterest