Sarah Tailleur Photographe »

La «blacklist» d’un studio de photographie

C’est un sujet bien tabou dans le monde des photographes. Pourtant, un bon nombre de travailleurs autonomes finissent par se poser la question. Est-ce que ça se fait de refuser un client ou de ne plus accepter de le servir? Ma réponse de femme à son compte depuis 10 ans… Évidemment!

D’abord, il faut préciser que ma «blacklist» n’est pas très longue. Elle compte seulement un peu plus d’une dizaine de noms de clients pour qui je ne peux tout simplement plus une option. Il y a assez de photographes sur terre pour me donner la chance de travailler qu’avec des gens qui respecteront mon boulot. Mes adjointes ont toujours été mises au courant de ces personnes et avec chance, elles n’ont pas réellement eut à s’en servir sur une base régulière. Mais qui sont ses gens qui méritent ce statut?

Mes règles sont assez simples et je crois qu’elles pourraient être représentatives des vôtres. Quand on y pense, c’est souvent la base de la vie professionnelle qui est remise en compte dans cette liste. Voici donc quelques attitudes qui devraient vous sonner une petite cloche!

Retards et absences répétitives
On ne parle pas d’un enfant qui a une gastro une fois, mais de gens qui réservent pour ne jamais venir et qui parfois, nous posent des lapins répétitifs. Un client qui ne se présente pas à une séance, sans avertissement, puis qui ne répond plus à mes demandes ira presqu’automatiquement. Évidemment, si on me justifie une urgence ensuite, je comprendrai très bien de quoi il s’agit, mais si tu me fixes 3 rendez-vous dans l’année et que tu viens à aucun d’eux sans m’avertir… Non, je n’aurai plus envie de te laisser une chance! Même chose pour les retards, si à chaque fois que l’on prend rendez-vous ensemble, tu arrives 1 heure en retard, c’est non!

Le respect
Le respect n’est pas uniquement demandée dans ma vie personnelle. Je le prône en tout temps. Je respecte mes clients et je demande la même chose en retour. Je ne tolèrerai jamais si un client me sacre après (oui, c’est déjà arrivé), me traite comme si j’étais une minable ou que tu m’appelles 12 fois par jour (et par nuit), ça se peut que je ne te trouve pas drôle. En fait, si tu es impoli(e) avec moi en séance, je termine assez sec l’expérience client. Même chose pour les courriels ou ma page Facebook, si suite à son expérience un client décide de m’écrire en majuscule, points d’exclamation et sacres fournis… Bye! Le respect de mon travail est important aussi. Un client qui viendrait me voir, mais qui utiliserait mes photographies de manière illégale, les revendrait, qui les retoucherait ou s’en servirait à des fins qui nuirait à mon image recevra un avis, mais ensuite risque de ne plus recollaborer avec moi.

Paiement svp!
Je suis une passionnée, mais j’ai aussi mes comptes à payer. Si je sais qu’avec un client, je ne serai jamais payée ou je le serai après 18 rappels et 8 mois d’attente, ça se peut que je n’en est tout simplement plus envie. Je met un trait sur les mauvais payeurs assez rapidement. Les chèques qui ne passent pas et qui nécessitent que je cours après mon argent pendant des mois… Non!

Écouter sa petite voix
C’est probablement la plus gênante des catégories. En fait, c’est souvent celle qui fait le plus hésiter les photographes. Il arrive que lors d’une séance, la chimie ne se présente jamais. Pire, on sent qu’il y a quelque chose de plus qui cloche. Les clients sont froids, distants. Ils entrent avec une odeur de drogue ou d’alcool, semblent affectés. Parfois au seuil de la violence pour certaines séances. On ne sait pas comment les aborder comme photographe et notre instinct nous dit que quelque chose cloche. J’ai déjà mis fin à une séance parce qu’un homme voulait obliger sa femme à poser nue alors que celle-ci ne clairement voulait pas. Il était rendu dans le chantage émotif et l’ambiance était malsaine. Je n’ai personnellement pas plié à ses demandes, je l’ai remis à sa place et j’ai mis fin à la séance. Cette séance était à l’inverse de mes valeurs.

Le pire dans tout ça? C’est que ça arrive un mauvais payeur, qui vous pose des lapins et qui ne vous respecte pas… La loterie du meilleur pire client!