Sarah Tailleur Photographe »

Sexy avec un sac à dos de Dora…

Nous sommes désormais les parents de deux beaux enfants. Il y a 3 ans à peine, tu ignorais tout de la vie de papa. On fête désormais ta 3e fête des pères avec une belle grande fille de 2 ans et demi et un mini loup de 3 semaines. Avant ça, on était un couple tout simplement. Celui qui partait le weekend sans aviser personne ou qui mangeait au resto à dix heures le soir. On profitait de la vie et on vivait d’amour, sans trop s’en faire. Autant amis qu’amoureux, notre couple a connu plus de bons que de mauvais moments (une chance!). Ça fera 10 ans bientôt qu’on est ensemble et notre relation a tellement évoluée. Jonglant entres les brassées de lavage et les rénovations, maintenant, à dix heures le soir on dort profondément (si Louis le veut). Je t’ai toujours trouvé très sexy, mais je dois avouer que maintenant, quand tu marches avec nos enfants et un sac à dos rose de Dora, je suis complètement sous le charme. Tu es sexy en maudit avec un sac à dos Dora mon amour.

Olivia est arrivée une semaine avant ton anniversaire. Une belle fille coquine qui t’as tout de suite charmé. Olivia et toi, c’est fusionnel, y’a pas à dire c’est vraiment une fille à papa. Dès que ton regard s’est posé sur elle, la magie avait opérée entre vous deux. L’amour fou était né. Depuis son arrivée, je te redécouvre. J’irais même jusqu’à dire que je te découvre, car il y a des facettes de toi que je n’avais jamais pu voir avant. De te voir protéger une si petite personne, te dévouer à son bien-être comme peu de gens l’on fait, te fondre à elle. Même moi, je l’avoue, je n’en ai pas fait autant. Son arrivée a été une claque au visage pour moi et une chance que je t’avais pour lui donner tout l’amour dont elle avait besoin. Pendant qu’on s’apprivoisait, elle et moi, tu étais là pour nous tenir la main à toutes les deux. Évidemment, les enfants, ça vient avec la fatigue et la routine. Quelques fois, on a eu le goût de crier, d’autres fois de se blottir longuement dans les bras de l’autre pour se dire que tout irait bien. Ça n’a pas été toujours facile, mais je pense qu’on forme une magnifique équipe. Qu’après un petit «down», il y a un «up» encore plus fort. On le sait maintenant. S’habituant ainsi à notre vie de parents, un autre petit ange s’est installé dans mon ventre sans trop aviser. Un peu incertain au départ, ça n’a pas pris trop de temps que tu l’aimais déjà. Malgré une grossesse qui nous a parfois donné quelques frousses, un accouchement dans la même lignée, tu continuais d’être un papa formidable pour Olivia et un amour exemplaire pour moi. À vouloir tout faire pour que ta famille soit bien à courir la garderie, les commissions et les repas.

Louis est arrivé après une journée d’accouchement très émotive et difficile. J’ai vu dans ton regard la peur à plusieurs reprises, mais également l’amour qui venait avec. Tu avais hâte qu’il soit dans tes bras pour pouvoir le protéger de tout. Lui dire qu’enfin tout irait bien, qu’il était en sécurité. Clouée au lit et en douleur le premier 24 heures de sa vie, je ne faisais pas grand chose d’autre que le regarder et le nourrir. Toi, tu étais prêt pour la guerre, à te lever aux moindres petits sons, à t’assurer qu’on ne manquerait de rien et à changer toutes les couches (et Dieu sait que Louis, il en fait de la couche! Haha!). La relation qui se construit entre Louis et moi est très différente déjà, plus facile et plus naturelle. Je sens que ce sera cette fois un fils à maman. Bien qu’il passe la majeure partie de sa vie dans mes bras, tu joues ton rôle de papa différemment cette fois. Tu n’es plus celui qui règle tous les problèmes comme ça pouvait être le cas pour Olivia. Tu nous accompagnes comme tu le peux et continues d’être parfait pour Olivia. Ça me rassure, car je sais qu’elle vit mieux l’arrivée de son frère grâce à ça. Elle sait qu’elle est toujours aussi importante à tes yeux. Tu es là et c’est ce dont j’avais besoin cette fois. D’être là quand je n’en peux plus, de le laisser dormir dans tes bras quand je veux dormir un petit 2 heures en ligne, de te coucher sur le divan à côté de moi quand j’allaite la nuit pour être là si j’ai besoin, de m’apporter à boire et à manger, quand notre fils décide d’être des heures au sein. D’aller marcher avec Olivia et lui faire profiter de la vie quand Louis et moi ne voulons que dormir. C’est aussi ça la vie de papa.

C’est pour toutes ces raisons que je trouve que j’ai de la chance d’avoir un chum et père de famille formidable à mes côtés. Je me rappelle souvent à quel point je suis chanceuse et choyée de t’avoir. J’ai un meilleur ami, un chum et un papa extraordinaire. J’étais loin de me douter que j’étais tombée sur le «jackpot» à ce point quand je t’ai rencontré. Ils sont rares les hommes aussi dévoués et je te remercie d’être le papa que tu es. On le sait bien qu’on repart dans les couches et la fatigue pour quelques temps, mais qu’après on pourra encore profiter comme on sait le faire. D’ici là, on essaiera de continuer à avoir une fatigue qui nous fait rire plutôt que pleurer! Parce que c’est ça notre force à nous, de rire à outrance. Je t’aime à la folie et sache que tu es encore sexy, peut-être même plus que lorsque je t’ai rencontré.

Blog445pinterest