Sarah Tailleur Photographe »

Personnel: Le deuil du congé parental

Voilà. Aujourd’hui, c’est le dernier jour du congé parental de mon homme. Il recommencera le travail à temps plein demain et moi, je continuerai mon horaire de boulot que j’ai déjà entamé depuis septembre. Ce sera le retour des matins trop pressés et des «Allez! On se dépêche!» à outrance, des moments avec des enfants fatigués trop courts et ceux de couple, vaut mieux ne pas y penser. Terminé l’épicerie le mardi quand il y a personne. Terminé les activités improvisés sur semaine. Terminé les rendez-vous amoureux pendant la sieste. Il y a de quoi vivre un petit deuil non?

Il faut d’abord préciser que nous avons choisi une manière moins conventionnelle de vivre le congé parental. Étant à mon compte et travaillant beaucoup de la maison, j’ai pris un congé de maternité très court et quelques semaines à mes frais. Cependant, nous avons fait le choix que mon conjoint reste à la maison pour prendre l’entièreté du congé parental avec notre fils jusqu’à ses 7 mois. Ce n’est pas parce que j’étais à mon compte que je voulais nécessairement envoyer mon fils à la garderie très tôt. Exclusivement allaité, le choix de garder papa à la maison me permettait de voir mon fils régulièrement et de donner presque tous ses boires. Et en prime, je voyais mon homme et (bien souvent) ma grande fille qui allait à la garderie de 1 à 4 jours par semaine, selon les nuits de son frère et son envie de voir ses amis. On ne voulait pas perdre notre précieuse garderie, mais disons qu’on était souvent . Donc, c’était vraiment une période plaisante pour notre famille. Une période d’amour, de plaisir et de repos (relatif avec 2 enfants).

Le fait de garder un parent à la maison nous a permis d’apaiser le niveau de stress général de la famille selon moi. On a plus de temps pour les tâches quotidiennes qui deviennent de grandes corvées lorsque les deux parents travaillent à temps plein. Le simple fait de faire l’épicerie la semaine, plutôt que le samedi avec 2 enfants qui soupirent. Faire le ménage, la vaisselle et le lavage au fur et à mesure plutôt que de perdre un dimanche complet à réaliser ces tâches. Cuisinner de vrais bons repas même sur semaine plutôt que de faire des repas rapides qui sont parfois décevants. C’était les petites choses qui faisaient que l’on gagnait tellement de beaux moments en famille.

La fin d’un congé parental, je sais que je ne suis pas la seule à le vivre comme un deuil. Des mamans choisissent de retructurer leur carrière à ce moment, d’autres retournent à un emploi qui ne leur tente plus ou simplement angoissées à l’idée d’être à nouveau loin de leurs petits. Certaines choisissent d’-ailleurs de ne jamais retourner au boulot à ce moment. C’est aussi le deuil de la maternité pour celles dont c’est le dernier bébé, sachant que c’était la dernière fois qu’elles vivaient cette période avec un nourrisson. Dans mon cas, j’adore mon emploi et le retour au travail s’est bien effectué. Je ne sais pas si ce sera ou non mon dernier. C’est plutôt le deuil du temps en famille que je dois faire. Le deuil d’avoir une présence aussi comme je travaille souvent seule.

Bref, j’ai débuté l’année le coeur un peu gros. J’espère que nous nous adapterons bien à cette nouvelle routine et que, malgré tout, nous réussirons à vivre de beaux moments de famille. Et vous, quels sont vos trucs pour passer un maximum de temps en famille sur semaine et malgré le boulot?

pinterest