Sarah Tailleur Photographe »

Personnel: Il y a un an…

Plusieurs kilos en plus, la fatigue dans le corps, je me caressais la bedaine pour une dernière fois sans trop le savoir à un peu plus de 38 semaines de grossesse. Ça faisait déjà 40 minutes que je sautillais sur un ballon d’exercice en me disant qu’après une bonne nuit de sommeil, bébé Olivia s’en viendrait. Il y a un an, tu voulais déjà me montrer que je ne contrôlerais plus rien. C’est finalement vers 22h00 que je crevais mes eaux, cernées jusqu’aux oreilles. Adieu la nuit de sommeil, tu t’en venais (sommeil qui n’a jamais vraiment été repris depuis d’ailleurs!). Fébrile… Je savais que ma vie allait être changée à tout jamais, mais à ce point? Jamais j’aurais pu l’imaginer.

Demain matin 22 octobre, 8h02, ça fera 1 an que tu es dans ma vie. Ma «petite personne», ma «grenouille», ma «Bidoune», ma «Olibine», mon «Olive», ma «lapine», ma «madame poule», mon «bébé fille»… Mais qu’est-ce qu’on a pu t’en inventer des surnoms en 1 an! Te voir grandir me rend heureuse… Qu’est-ce que tu es belle avec toutes tes petites manies. Ta manière de pointer tout ce que tu vois, d’imiter ton papa, de juger les gens qui tentent de te faire sourire pour les faire sentir idiots… Ouais, c’est aussi ça ma Olivia. Il y a un an, je n’imaginais pas que j’étais capable d’autant. Le manque de sommeil à n’en plus finir… Et oui, on m’avait dit qu’un bébé ça ne dormait pas beaucoup… Mais à ce point là, j’y aurais jamais cru. Que j’allais être capable de te faire passer avant moi… Même avec une gastro horrible, c’est à côté de toi que je devais rester pour veiller sur toi. Et que dire de mon couple? Olivia tu es le plus gros des tsunamis. Mais tu sais quoi? Quand on survit à un tsunami, on se sent tellement plus fort et on apprécie encore plus ce que l’on a. Et c’est le cas pour ton papa et moi, on se répète tous les jours combien on forme une bonne équipe. Qu’on apprécie tous les petits moments, les petites minutes ensemble… Ça vaut de l’or.

Il y a un an, j’étais l’ombre de ce que je suis aujourd’hui. Être maman, ça apprend à relativiser. Ça apprend à comprendre bien des choses. Tu as tout changé, ma façon de voir la famille, le temps, l’amour et même mon travail… Je ne traite plus une seule future ou nouvelle maman de la même façon. Je ne parle plus uniquement que du beau temps, je comprend toutes les mamans, les comblées comme les épuisées. C’est maintenant avec tendresse et le sourire, que j’ose maintenant tenir un mini en crise quand une maman n’en peut tout simplement plus, que j’ose blaguer sur la maternité et tous ses aspects. Je ne dirai jamais que cette première année a été facile, car non, je ne considère pas qu’elle l’était. Je peux toutefois dire que cette première année a été un long apprentissage afin de pouvoir devenir la meilleure maman qui soit pour toi Olivia.

Maman t’aime. Bonne fête mon amour.

Blog47pinterest

Photo: Véronique Moisan