Sarah Tailleur Photographe »

Personnel: 7 ans d’amour

Mon homme déteste que je le nomme sur mon blogue ou sur Facebook. Il déteste tout autant que je le montre en photo ou que je le nomme publiquement. Il est discret. Il aime sa bulle. Préférant être loin des projecteurs, il a choisi une photographe… Assez ironique! Écrire un article sur nos 7 ans de couple est donc très osé comme je ne peux vous parler de lui. C’est pourquoi je n’écrirai pas un article sur lui, mais plutôt sur ce que je suis devenue dans ces 7 dernières années. Un article au je, plutôt qu’au «nous» ou au «il». Tout simplement. Sans préjudice, ni atteinte à la vie privée.

Demain, le 30 décembre 2013, ça fera donc 7 ans que je suis en couple. 7 ans que je suis devenue une toute nouvelle personne. Une personne que je respecte beaucoup plus qu’autrefois. Il y a 7 ans, j’étais un peu farouche (beaucoup même), j’étais aux études, à vivre chez mes parents, avec un revenu très minime. J’avais un flirt avec lequel il n’y avait aucun avenir depuis plusieurs mois et ne croyais pas réellement en l’amour réciproque… Plutôt pathétique à 17 ans. Puis, une soirée de Noël des employés du restaurant auquel je travaillais. La date ne m’allait pas, ce n’était pas possible. D’ailleurs, pour lui non plus. Puis, devant plusieurs annulations, les gestionnaires furent dans l’obligation de changer la date. Miracle, nous pouvions tous les deux être présents. On devait se rencontrer il faut croire. Cette soirée débuta de manière décevante. Récoltant une invitation à finir la soirée chez un premier garçon et le numéro de téléphone d’un autre. Je m’assieds au bar question de boire avec exaspération sur ces méthodes de cruise douteuses pour lesquelles j’éprouvais presque du dégout et surtout aucune envie. J’y fut alors la rencontre d’un magnifique jeune homme de 21 ans. Quelqu’un que je n’avais jamais remarqué et qui ne m’avait jamais adressé la parole. Un discret. Un joli discret. Puis, jasa toute la soirée, encore et encore. Des rires, des blagues, des regards… Ça faisait longtemps qu’on ne m’avait pas autant fait sourire. Un baiser surprenant s’échangea en fin de soirée et je rentrai à la maison. Je le connaissais à peine, mais je trouvais tout de même important de raconter à ma mère que j’avais rencontré un garçon. Ma mère à qui je ne racontais aucune de mes péripéties amoureuses, savait désormais que j’avais rencontré quelqu’un, que je le connaissais depuis à peine une soirée et que j’avais l’impression que c’était le bon, que son baiser n’était pas comme les autres. Elle m’avertie alors de ne pas être trop enthousiaste, que je pourrais être déçue. Mais je tenais mon bout, avec ma fidèle tête de cochon, j’étais persuadée que j’avais fait la rencontre de quelqu’un de spécial. De cette personne qui serait mienne, mon âme-soeur. Puis, les rencontres s’enchaina, à force d’être ensemble, nous étions officiellement un couple.

Depuis, notre amour n’a jamais cessé. Il a même septuplé en année. Une fois mes études presque complétées,  je décida d’avoir mon propre studio de photographie. Rêve fou quand on a pas un sou. Et bien, quelqu’un croyait tellement en moi que je me suis vue offrir l’équipement dont j’avais besoin. J’avais qu’à rembourser la somme avec les contrats que je réaliserais. On s’entend, j’adore la photographie, mais je ne financerais probablement jamais quelqu’un qui me dit vouloir être photographe tellement il y a peu de débouchés. Ça prenait soit un généreux, soit un amoureux fou ou un peu des deux. Puis, en environ 1 mois, j’avais déjà réalisé assez de contrats pour rembourser mon équipement. Mieux encore, je n’ai jamais plus manqué de contrats à partir de cet instant. Je dois donc ma carrière à l’amour. Puis, se fut l’appartement, la maison, une deuxième maison… À travers les obstacles, les problèmes de la vie, les ajustements, je suis devenue une femme de plus en plus forte. De plus en plus amoureuse. Des voyages, des restaurants, des sorties et des moments de rêve, c’est ce qu’était et est ma vie. Me sachant appuyée et aimée, l’envie de fonder une famille se pointa. À moi, la fille qui disait ne jamais vouloir d’enfant à l’adolescence. Les essais, le test positif et aujourd’hui, une petite fille de 2 mois qui gazouille à mes côtés. La consécration de l’amour. Je ne peux que la trouver magnifique.

C’est aujourd’hui que je réalise à quel point l’amour peut être puissant. Lorsque l’amour ne permet pas seulement la chair, mais permet aussi sécurité, plaisir, carrière et famille. Et surtout, qu’il n’est pas nécessairement à sens unique. Qu’il peut être réciproque et je l’espère, durable. Je n’écris pas cet article pour faire des jaloux ou des envieux… Mais simplement parce que je trouvais injuste de recevoir du mérite pour ce que je suis devenue, alors que tout ce temps nous étions deux. Je remercie donc la vie de me permettre d’être aussi amoureuse. Aussi heureuse. Et comme je ne peux publier une photo de l’homme, alors je me permets plutôt d’ajouter une photographie de la personne qui représente à elle seule l’amour que je vis depuis 7 ans.

photographe, québec, sainte-foypinterest