Sarah Tailleur Photographe »

Automne : amour et haine

Depuis plusieurs années, je réalise que j’entretiens une relation plutôt conflictuelle avec l’automne. J’adore cette saison, à vrai dire, en raison de ses couleurs et du soleil, et c’est probablement ma préférée. L’air frais, les vêtements qu’on peut y porter et l’odeur des feuilles sont tous des éléments qui me font également sourire. C’est la saison parfaite pour cuisiner et faire de longues marches sans avoir trop chaud ou trop froid. Pourtant, le manque de lumière, la pluie et l’affluence d’avant les fêtes influencent presque autant mon moral.

Comme dans une relation amoureuse de type amour-haine dans laquelle on s’aime de passion et s’entretue à la fois. C’est difficile à comprendre, ma saison préférée est aussi celle qui me draine le plus d’énergie et qui me met dans tous mes états. Je cours à gauche et à droite pour toutes les corpos qui ont lieu en septembre et octobre, je cours pour toutes les séances à livrer avant les fêtes de toutes les familles qui viendront en novembre et en décembre, puis dans mon cas s’ajoute la fête de ma fille, celle de mon chum, et la sortie du calendrier annuel. Plusieurs photographes le comprendront, l’automne est une grosse période, probablement la plus achalandée de l’année pour un photographe spécialisé en portrait de famille. Tout le monde veut son portrait annuel avec les feuilles colorées, mais alors que la quantité de contrats augmentent en flèche, la lumière du soleil et l’énergie qu’elle engendre sont en chute libre. Le début de grossesse n’aidant pas, je dois parfois me donner un petit coup vous savez où pour avancer, si je ne veux pas me coucher en boule avec une couverture. L’air de rien, on s’en demande souvent tous beaucoup l’automne.

Pas que je n’aime pas mon boulot, je crois qu’à ce sujet, je n’ai plus besoin de me justifier ni d’expliquer. En fait, si j’avais un travail que je n’aimais pas, je resterais probablement enfermée pour de vrai. C’est plutôt cette baisse d’énergie saisonnière qui est habituelle chez moi qui me donne hâte aux fêtes et au deuxième trimestre qui arriveront à peu près au même moment. C’est tellement contradictoire cette relation. Automne, je t’aime d’amour, mais en même temps je te hais tellement…

imagepinterest