Sarah Tailleur Photographe »

Casting: «Mon enfant c’est le plus beau»

Mon travail de photographe m’amène à collaborer avec plusieurs personnes, plusieurs entreprises. Le tout vient avec différentes personnalités, valeurs et vision. Ça fait partie de mon boulot d’apprivoiser les gens, de les cerner et somme toute je crois me débrouiller assez bien avec les relations interpersonnelles. J’aime échanger, partager, comprendre, connaître. Lorsque vient le temps de travailler avec des entreprises, il arrive quelques fois que je sois responsable de trouver des mannequins. Mannequins qui représenteront les normes, la fameuse vision de l’entreprise. Car oui, les petites entreprises font rarement appel à des mannequins professionnels rémunérés. Ils procéderont sous forme d’échange ou  simplement pour le plaisir d’offrir cet expérience à quelqu’un qui ne le ferait pas normalement. Souvent, les premiers appelés sont des membres de la famille du propriétaire, ses amis, ses collègues, ses employés. D’autres fois, il est nécessaire de partir en «casting» et c’est à ce moment que j’interviens souvent. Pour certaines entreprises, c’est un poids que de prendre le temps de trouver des gens et comme j’aime ça, il arrive souvent que je prennes le tout en charge. Mon article d’aujourd’hui porte majoritairement sur les «castings» d’enfants, car ils sont souvent riche en psychologie humaine aussi anodins peuvent-ils sembler. Ayant dernièrement fait l’un d’eux, je trouvais important de revenir sur celui-ci et bien d’autres, car certaines situations m’ont laissées un peu perplexe.

Tout d’abord, oui votre enfant c’est le plus beau. Pour vous, il y a rien de mieux que votre enfant, rien de plus parfait. Vous l’avez porté, vous l’avez mis au monde, vous le côtoyez tous les jours. Vous l’aimez d’un amour pur, un amour encré à même vos tripes. Je trouverai fort probablement mon enfant tout aussi beau. Ça fait partie de la nature humaine, c’est normal et c’est bien comme ça. Toutefois, lorsque vous participez à ce genre de «casting», votre enfant n’est plus votre enfant. Il devient un mannequin potentiel regardé avec des yeux de marketing. Le but n’étant pas de trouver le plus beau, mais souvent celui qui correspond le mieux à une entreprise. Ça peut être aussi futile que «le bébé garçon pour la séance a les cheveux bruns, ça serait plaisant d’avoir une fille blonde». Ceci étant dit, la petite brunette n’est pas moins bonne ou moins belle, elle est seulement hors casting pour cette fois. Voici toutefois quelques situations que j’ai trouvé, disons, particulières…

1- Des concours, des concours!
Un «casting», c’est un peu comme un concours. Il y a des courreux de «castings», des gens qui systématiquement inscrivent leurs enfants partout. Concours dans les journaux, sur le Web, dans des boutiques, pour des photoshoots de Québec à Montréal. Ce qui arrive malheureusement avec ces gens, c’est qu’ils sont attirés par le prix plus que par l’entreprise. Ils veulent que leur enfant soit mannequin, ils veulent participer à une séance gratuite. Malheureusement, ces gens lisent rarement les règlements. Résultat, Madame Girard inscrira son enfant à tous les «castings» qu’elle verra. Même si on recherche une fille blonde de 4 ans, Madame Girard inscrira son Jacob roux de 8 mois. Parce qu’elle ce qu’elle veut, c’est gagner. Et des madames Girard, il y en a beaucoup. Lorsque je fais des «castings», je dirais que 25% des inscrits ne répondent en rien aux critères clairement demandés. On doit donc trier les bonnes candidatures, des candidatures refusées dès le départ. Ne perdez pas votre temps, si vous lisez le casting et que ça ne correspond pas, n’essayez pas de nous convaincre que votre garçon de 8 mois remplacera une fille de 4 ans. N’essayez pas non plus de nous convaincre qu’un bébé qui ne se tient pas assis peut donner le même résultat que celui qui s’assoit. Si l’on met des critères, c’est parce qu’il y a souvent une raison pour laquelle ils existent.

2- Une sélection qui doit être réalisée
Lorsque je choisis des mannequins, je me laisse habituellement un 24 à 48 heures, parfois plus. Le temps de recevoir assez de candidatures et d’être tête reposée pour choisir. Je reçois les courriels, je les place tous dans un dossier et je dépose un petit drapeau à côté des candidatures que je juge intéressantes. Des bébés qui ont des bouilles attrayantes, des enfants qui semblent particulièrement photogéniques, qui attirent l’oeil. J’évalue ensuite le potentiel de chacun. Est-ce que le bébé a les cheveux assez long pour les attacher pour l’entreprise d’accessoires à cheveux? Est-ce que le bébé semble assez potelé et en santé pour l’entreprise de nourriture? Est-ce que le bébé s’agence aux autres bébés déjà utilisés dans les publicités? Est-ce qu’il a l’âge requis pour le produit? D’autres fois, c’est des questions de logistiques, j’aime le bébé, mais la maman doit faire 3 heures de route pour venir ici… La séance pour cette fois durera environ 15 minutes pour retirer une seule photo. Non, je ne fais pas faire 3 heures de route à une maman pour une photo. Pour une séance plus complète peut-être, si elle veut, mais pour 15 minutes, je ne juge pas que l’expérience sera plus grande que le nombre d’heures requises en déplacement. Il arrive aussi qu’il y ait des raisons plus professionnelles. Si votre bébé a fait la publicité d’une entreprise concurrente ou d’une entreprise qui est partenaire avec un compétiteur, ce serait un non-sens pour nous que de le choisir aussi. Le but étant de se différencier.

3- Et puis? La sélection ça arrive? Et puis? Mon enfant est bien inscrit?
En moins de 24 heures, pendant le processus de sélection arrive les «on arrives-tu?» version courriel. Un peu comme un enfant attendant impatiemment d’arriver à Walt Disney, les parents procèdent à un envoi massif de courriels. C’est le moment de recevoir des tonnes de messages, courriel, facebook, name it! Me demandant si ma décision est prise, si leur enfant a des chances, si j’ai bien reçu leur inscription, si ils ont le temps de reprendre des photos et me les envoyer… Le tout se mélangeant aux 4 courriels de la même personne qui voulaient montrer 8 photos différentes et celle qui n’a clairement pas lu la publicité et qui me demande comment s’inscrire. Bref, une fois votre inscription envoyée, il ne reste qu’à attendre. C’est plate, mais c’est ce qu’il faut faire comme ça ne prend pas 10 minutes regarder tous vos courriels.

4- Déception
Une fois la sélection effectuée, le bébé ou l’enfant gagnant contacté, la déception est palpable. Elle se voit sur ma page Facebook ou encore dans les courriels que je reçois. La plupart du temps, c’est anodin. Une maman qui est déçue, qui dit qu’elle aurait aimé participer sur ma page Facebook. Ça va, il n’y a pas grand enjeu et somme toute je suis bien contente que cette maman ait pris la peine d’inscrire son enfant. Car oui, ça aurait pu être son bébé le gagnant. Sans inscription, sans participant, il n’y a pas de mannequins. Et je suis heureuse de voir que les entreprises québécoises peuvent, elles aussi, susciter votre attention. D’autres fois, c’est un peu plus dérangeant. Je dois avouer que je reste sans mot lorsqu’une maman m’écrit pour me demander pourquoi je n’ai pas pris son enfant. Pourquoi sa petite Juliette n’a pas été prise? Est-ce que je la trouve laide? Est-ce qu’elle devrait faire couper ses cheveux? Est-ce qu’elle m’a fait quelque chose pour mériter ça? Évidemment que non votre Juliette n’a rien fait de mal! Elle a 2 ans votre fille, je ne la connais même pas! Comment puis-je avoir quelque chose contre un enfant de 2 ans? Je répond quoi à ça? Mis à part que lorsque j’ai besoin d’un enfant et que j’ai 102 inscriptions, vos chances tombent à 1/102. Allez-vous être déçu de votre enfant parce qu’il n’a pas été choisi, vraiment???

Tout ça pour dire que dans n’importe quel concours, n’importe quel «casting», il y aura toujours des sélectionnés et des non-sélectionnés que vous le vouliez ou non. Ça fait partie du jeu et à quelque part, c’est un principe que vous acceptez lorsque vous inscrivez votre enfant. Mais s’il-vous-plaît, cessez de le prendre personnel, car après tout, ce n’est qu’un «casting»…

Veuillez noter qu’aucun cas réel n’est présenté, la ressemblance avec une situation ou un nom utilisé est fictive dans le but de préserver l’anonymat de tous. Cet article vise plusieurs personnes et non qu’un cas précis. Le tout à prendre avec des pincettes et servant à vous faire sourire sur le comportement humain.
concours, casting, bébé, enfant, séance photo, gratuite, photographe, photographie, gagner séance photo,pinterest