Sarah Tailleur Photographe »

Post-traitement : Lightroom ou Photoshop?

En plus d’être photographe, je gère désormais une boutique en ligne qui gagne en popularité. Sur celle-ci, il y a des actions, des tutoriels et des formations relatives à Photoshop. Plusieurs se vendent comme des petits pains chauds et j’en suis ravie. Ça me permet d’élaborer plus au niveau de la formation, sujet qui me tient à coeur. Depuis ce temps, on me demande souvent si j’ai des actions ou des vidéos pour Lightroom qui est un logiciel fréquemment utilisé par les photographes. La réponse est négative, malheureusement, car je me concentre sur Photoshop. Mais comment distinguer les deux, et pourquoi j’utilise uniquement Photoshop?

Il faut d’abord savoir que je viens d’un parcours de designer graphique. Après 3 ans de Cégep en graphisme et 2 ans et demi d’Université en design graphique, il va sans dire que j’ai utilisé Photoshop très souvent puisque la suite Adobe y est utilisée régulièrement. Donc, en sortant de mes études, j’étais très à l’aise d’utiliser ce logiciel. Puisque je voyais que plusieurs personnes l’utilisaient, je me suis « essayée » avec Lightroom. Personnellement, j’ai eu l’impression de régresser alors je suis vite retournée à Photoshop. Pour certains, Lightroom fonctionne à merveille pour leurs besoins, pour d’autres comme moi, c’est non. Juste non. Voici donc les différences majeures qui font que j’utilise Photoshop pour 100 % de mes contrats.

Photoshop
Photoshop est un logiciel qui permet des retouches approfondies et avancées. Destiné à la conception graphique, au Web et à la retouche photographique, on peut enlever un bouton certes, mais on peut aussi remodeler une poignée d’amour ou encore enlever une étiquette de vêtement qui ressort d’un chandail. Il permet des avancés majeurs et des mises à jour régulières en ce qui a trait à la retouche photographique. D’ailleurs, personnellement, tous les photographes que j’admire utilisent ce procédé. On peut créer des montages et réaliser des juxtapositions de texture et d’images. La retouche de peau y est aussi plus précise. Bref, c’est un logiciel très complet. Même si des préjugés négatifs entourent son utilisation, Photoshop ne rime pas nécessairement avec dénaturer comme dans les revues. Il suffit de l’utiliser avec parcimonie. On ne peut cependant pas y faire le tri ou la gestion de nos photographies comme dans Lightroom. Il sert exclusivement à réaliser la postproduction et c’est un logiciel difficile à apprivoiser lorsqu’on ne le connaît pas. Il est destiné à une clientèle de professionnels plus que d’amateurs vu son utilisation moins facile que Lightroom. Son coût est aussi assez dispendieux.

Lightroom
Le logiciel Lightroom permet de traiter et trier les photographies par lot. C’est sa spécialité. On peut appliquer un filtre ou une action sur l’ensemble des photographies. Afin de s’assurer que celles-ci soient uniformes et s’agencent ensemble. On parle alors d’une retouche de base puisque cette retouche agira principalement sur les couleurs, les contrastes, la luminosité, le recadrage et le style général d’une photographie. Cette retouche ne sera pas celle qui fera un traitement de peau complet ou qui atténuera un double menton. C’est un logiciel qui permet de réaliser autant le tri des photographies que la retouche de celles-ci. Personnellement, je trouve que c’est un logiciel parfait pour un amateur de photographie qui ne compte pas nécessairement devenir photographe. La personne qui voudra retoucher ses photographies à la suite d’un voyage ou encore qui veut donner un petit punch à ses photographies de paysage. C’est un logiciel très facile d’utilisation et idéal pour les débutants. Son coût est aussi de loin inférieur à celui de Photoshop.

Lors d’une retouche, je débute toujours en triant mes fichiers avec Bridge, puis je sélectionne mes préférées et passe à Camera Raw qui est une extension de Photoshop. La retouche que je réalise dans Camera Raw est comparable à celle que je pourrais réaliser sur Lightroom. C’est aussi pour cette raison que certaines personnes aiment retoucher dans Lightroom et passer à Photoshop ensuite. Il s’agit des mêmes possibilités d’éditions présentées un peu différemment. J’ajuste donc tout ce que j’ajusterais dans Lightroom, soit les couleurs, la lumière, les contrastes, les distorsions et les recadrages de ma photographie. Je peux aussi choisir de les traiter en lot comme dans Lightroom. Puis, je passe à Photoshop. Dans ce logiciel, je ferai un traitement de peau allant du bouton aux rougeurs. Je remodèlerai les poignées d’amour et les doubles mentons lorsque nécessaire. J’enlèverai aussi la crotte de nez du petit dernier et le « plaster » dans le front de votre plus vieux. S’il manque du fond en studio ou qu’on a une madame en robe jaune en arrière-plan, je la ferai disparaître comme par magie. Puis, une fois la photographie à mon goût, je l’enregistrerai pour la remettre à mes clients. Ce procédé me permet d’aller plus loin dans la partie postproduction de mon travail. Ça me permet aussi de gérer une tonne de problèmes que je ne pourrais régler avec Lightroom, par exemple pour enlever un bras qui tient un enfant pour rendre la pose sécuritaire. Il y a quelques extensions disponibles pour Lightroom pour les retouches plus sophistiquées, mais personnellement, je crois que rendu là, maîtriser le logiciel dédié à ça (Photoshop) est l’idéal.

Voilà pourquoi je n’ai aucune formation ou action à vendre en ce qui touche Lightroom. Bien que je crois qu’il soit une bonne introduction en la matière. C’est un logiciel que je n’utilise pas et que je ne crois pas utiliser dans le futur puisque la retouche que j’effectue est une retouche avancée qui nécessite Photoshop. Certains puristes diront que Lightroom est suffisant. D’autres professionnels vous diront que Photoshop permet d’amener à un autre niveau vos photographies et que tôt ou tard, vous aurez à le maîtriser si vous voulez passer à un autre niveau. Je crois qu’il est utopique de penser qu’on peut, en 2015, vivre de la photographie pour longtemps sans connaître, serait-ce qu’un peu Photoshop. Puisqu’à un moment, il est à peu près certain qu’un client vous demandera de traiter quelque chose que Lightroom ne peut pas faire, ou ne serait-ce que pour réaliser une pose impossible sans retouche approfondie.

À vous de voir ce qui vous convient!

Blog295pinterest

Retouches difficiles sans Photoshop :

Enfant05pinterestMaternité12pinterestEnfant09pinterest