Sarah Tailleur Photographe »

Photographie: Des trucs qui ne sont pas gratuits…

Ça fera bientôt 5 ans que je suis photographe indépendante à temps plein et que le seul salaire que j’obtiens provient de cette merveilleuse passion. Je suis tellement heureuse de vivre de ce métier, que parfois, ça peut même être tannant pour vous de m’écouter vous répéter, jour après jour, que je suis «in love» avec mon travail. Je sais, des fois les gens trop heureux ou trop contents, ça gosse! Derrière ma folie, ma joie, mon bonheur, il y a aussi les échecs et le stress quotidien. Évidemment, bien que plusieurs le pense, être travailleur autonome n’est pas basé sur le succès, l’argent et c’est surtout, loin d’être un long fleuve tranquille. Être travailleur autonome, c’est des montagnes russes d’émotions souvent de rire, mais parfois de larmes et d’angoisse. Ce n’est pas la facilité. Loin de là.

Pourquoi est-ce que je vous dit ça? Parce que je pense désormais avoir accumulé un peu d’expérience dans le domaine pour partager mes trucs et conseils. L’expérience m’a permis de confronté plusieurs situations. Des «l’fun» comme des très décevantes. Ça varie autant d’un gros contrat inattendu payant qu’à des coups de poignards dans le dos par des confrères. Et je ne dis pas ça pour faire pitié, mais parce que je crois vivre des expériences professionnelles non-conformes et dans lesquelles il est difficile de se projeter. Si on m’avait dit tout ce qui m’attendait, je n’y aurais tout simplement pas cru. Les coups bas, les investissements financiers importants et parfois infructueux, la vie professionnelle qui mange le personnel, mais aussi les bonheurs intenses, les joies, les réussites et les succès, c’est aussi ça ma vie. Depuis la sortie de mon livre (et même avant je l’avoue), j’ai reçu beaucoup de questions, de demandes de toutes sortes. «Comment tu fais ça?» «Où tu trouves ça?» «Dis-moi comment faire?». On s’attend souvent à ce que je livre tous mes secrets sur un plateau d’argent à coups de flatteries et de compliments. Malheureusement pour vous, je ne confies que très rarement mes dits secrets… Je les vends plutôt. Et ô combien c’est mal vu au Québec de charger pour du savoir. Ça peut paraitre bénin pour vous, mais mon expérience elle s’est basée sur 6 ans d’études post-secondaire, 2 ans comme employée dans un studio, 5 ans à mon compte, ainsi que mes expériences de vie… Pendant ces années, qu’est-ce que j’en ai investie du temps et de l’argent. Et oui, de l’argent! Beaucoup d’argent. Même si c’est tabou de le dire. Parce que si vous aimez croire que j’ai pêché mon expérience en faisant des beaux yeux, j’en ai sacrifié des voyages dans le sud pour de l’équipement, des assurances, des loyers, de la publicité et de la formation. Ça doit être une vingtaine par année pour être plus précise. Et pas un petit voyage 2 étoiles à 400$, mais bien la belle semaine dans un 5 étoiles à 1300$. Ce n’est pas avec vantardise, mais simplement pour vous faire comprendre le sérieux de vos demandes et l’évaluation de celles-ci. Que d’investir de l’argent dans son succès, c’est la base pour un entrepreneur.

«Bonjour, j’aime beaucoup ton travail de photographe, tu m’inspires énormément. J’aime tellement tes photos. Je me lance en photo et j’aimerais savoir si tu avais des conseils et des trucs pour moi. Je ne sais pas par où commencer et je me disais que tu pourrais être une sorte de mentor. Je n’ai pas acheté ton livre, car je veux quelque chose de plus précis. J’aimerais avoir des conseils de photographe à photographe et je n’ai pas vraiment d’argent à mettre sur ça.»

Ce genre de courriel… Deux fois par semaine. Minimum. Ce que je décode c’est «Fille, tu as écrit un livre qui t’as pris un an à écrire. Il contient tous tes meilleurs trucs pour devenir photographe. Mais moi, je n’ai pas 50$ à mettre là-dessus et je veux que tu me dises le contenu gratuitement parce que je te trouve bonne et que tu es tellement généreuse!». La vérité sur ce courriel, c’est que mon savoir coûte quelque chose et qu’à la limite je trouve ça blessant ou insultant de savoir que vous n’êtes absolument pas intéressé à m’encourager pour vous former. Je n’ai pas appris en étant flatteuse avec un photographe, mais bien en faisant des essais et des erreurs. Et bien que je crois être fondamentalement une personne généreuse, j’ai mes limites aussi à offrir sans jamais rien avoir en retour. Désormais, j’offre des formations en ligne, bientôt des formations en personne et un livre qui contient ô combien beaucoup de trucs. Celles-ci ont toutes des prix. Pourquoi? Car certaines techniques ont été très dispendieuses à apprendre et que j’ai du me priver. La retouche? 6 ans d’étude, 5 ans de dessin réaliste, 11 ans de pratique, un ordi, des logiciels, des formations… La photo? 6 ans d’étude, 7 ans de pratique, des appareils, des objectifs, des formations, des livres… Sans oublier toutes les choses que j’ai acheté à perte… Des fonds «cheap», des accessoires finalement inutiles, des publicités finalement sans retour, des contrats où on me promettaient la lune… Alors, j’ai bien du mal à comprendre pourquoi quand serait votre tour, vous vous en sauveriez avec les trucs et les voyages dans le sud dont je me suis privée.

Voilà. Je ne veux pas vous laisser sur une mauvaise note. Loin de mon intention. Je tiens à vous dire que rien m’oblige à créer des formations, à écrire un livre, à faire des conférences. Rien sauf le plaisir que j’ai à les offrir et à vous voir évoluer. C’est du temps et de l’énergie que je mets pour la relève. Essentiellement pour vous et votre rêve de devenir photographe vous aussi. Parce que oui, je crois humblement que je peux vous aider si vous vous donnez la peine. Je créé ces formations avec amour, passion et j’ai un plaisir fou à les donner, les enregistrer et à échanger avec vous. Je crois même que vous le ressentez quand vous vous les offrez. Donc, sachez qu’il me fera plus que plaisir de vous partager mes savoirs que ce soit dans une formation, une conférence, de par mon livre ou de quelconque autre façon. Mais sachez que bien que je ne le fasse pas uniquement pour le profit, je ne peux me permettre de mettre 20 heures par semaine pour former ma concurrence gratuitement, car c’est aussi ça des formations pour la relève. Et après tout… Elles sont très peu dispendieuses pour les efforts que j’y ai mis!

Vous aimeriez avoir des conseils de ma part? Voici les possibilités que j’offre présentement sur ma boutique en ligne.

+ Formation de 7 semaines en retouche Photoshop (en cours) – Niveau débutant – Pour apprendre à utiliser Photoshop et réaliser des retouches

+ Formation de 45 minutes sur Caméra Raw (offerte en tout temps, valide 3 mois) – Apprivoiser le logiciel pour traiter des fichiers RAW

+ Formation de 15 minutes sur Photoshop (offerte en tout temps, valide 3 mois) – Fermer les yeux d’un bébé

+ Conférence en ligne – 28 avril 2015 19h30 – 2 heures en direct pour me poser toutes les questions que vous voudrez sur le métier de photographe

+ Être photographe portraitiste – Eyrolles – Livre de 241 pages sur la carrière de photographe / Vendu en librairies et dans ma boutique en ligne (Rupture de stock sur mon site)

À venir…

+ Formation en photographie – Niveau débutant – Été ou automne 2015

Formation Camera Rawpinterestshop