Sarah Tailleur Photographe »

Photographe: Et si mon client va voir ailleurs?

En cette période estivale, il y a plusieurs personnes qui terminent leurs études, qui font des stages ou encore qui se placent sur la marché du travail. Ça se sent, car c’est toujours une période où je reçois plus de questions qu’à l’habitude, de la part de finissants en photographie ou encore de photographes qui profitent de la saison chaude pour promouvoir leurs services. Parmi les questions que j’ai reçues cette semaine, j’ai celles d’une photographe qui débute et qui est déjà inquiète de voir ses clients aller voir d’autres photographes. Celle-ci craint d’avoir fait des erreurs ou encore de ne pas avoir été à la hauteur des attentes de ses clients. Elle me demande comment je «deal» avec ça, comment je me sens quand un client va voir un autre photographe et surtout si ça m’arrive régulièrement. Comme je suis persuadée que ce questionnement est légitime et probablement assez répandu, voici ma réponse.

Tout d’abord, la réponse est «oui», ça arrive à tous les photographes et aucun n’est à l’abri. Il faut prendre en considération que l’on vend un service et que même si on créé parfois un lien d’attachement et de confiance envers un client, il ne faut pas mélanger la relation et notre service… Même si c’est parfois difficile à faire! Je mentirais toutefois si je disais que ça ne me fait pas un pli de voir un client qui est venu ici aller ailleurs. Parfois, je comprends et je sais qu’on avait pas autant d’affinités qu’il aurait pu y en avoir avec un autre. Par contre, pour d’autres avec lesquels je développe une belle complicité,  je peux être plus portée à mélanger relations amicales avec mes relations professionnelles. Un client peut très bien me voir uniquement comme une professionnelle qu’il engage, alors que moi, je me suis sentie plutôt proche de cette personne comme je l’ai accompagnée le temps d’une grossesse ou encore d’une naissance. Je n’irais pas jusqu’à dire que tous mes clients sont mes amis et qu’ils me considèrent ainsi, mais j’ai régulièrement l’impression d’avoir partagé leur intimité d’une certaine façon. Lorsque je vois qu’un de mes clients est allé voir un autre photographe, c’est certain qu’une partie de moi se pose quelques questions. Est-ce une question de disponibilité? De prix? De proximité? Est-ce qu’il n’a pas aimé sa dernière expérience? Est-ce que j’ai fait quelque chose qui ne lui a pas plu? Est-ce que… Est-ce que… Et souvent, notre questionnement se termine souvent en se disant que tout est de notre faute. Et oui, on est comme ça les travailleurs autonomes. Je ne peux alors pas m’empêcher de regarder les photographies qu’il a prises en me comparant, question de tourner le fer dans la plaie. En toute franchise, il m’arrive de les regarder et de me dire «ouf, pas super» et comme tout humain, ça me rassure et je n’en fais pas un plat. Par contre, il arrive aussi l’inverse. Des photographies merveilleuses, un brin de jalousie et de déception, je deviens alors une moins que rien dans ma tête. C’est alors plus difficile, mais on doit passer à autre chose. Avec un brin d’humour, c’est un peu comme on regarde la nouvelle conquête de notre «ex» sur Facebook finalement!  Si on ne se concentre que sur le négatif et les clients perdus, on oublie le positif et les clients réguliers ou nouveaux qui reviendront. Je crois néanmoins que ça n’arrive pas seulement aux photographes. Tous les travailleurs autonomes aimeraient que leurs clients leur soient fidèles, mais ils ne sont pas à nous, ils ne nous appartiennent pas. Quelques raisons qui font qu’un client peut aller voir ailleurs…

1- Disponibilité
Votre client a un anniversaire ou un évènement à souligner et vous n’êtes pas disponible. Il ne peut le remettre et veut absolument un photographe. Ça peut autant être pour avoir des photographies de son nouveau-né alors que vous ne pouvez le recevoir avant quelques semaines ou mois. Personnellement, c’est une raison qui m’arrive souvent comme mes rendez-vous partent très rapidement et se réservent souvent plusieurs mois à l’avance. Je le réalise souvent même avant qu’un client soit obligé d’engager quelqu’un d’autre. Un petit pincement au coeur, je dois leur dire que malheureusement je suis indisponible comme mon horaire est déjà complet. D’un autre côté, je tiens à ma vie de famille, à passer du temps avec ma fille, à ne pas travailler 82 heures par semaine. Ça fait partie de mes choix de vie.

2- Tarif
Un client peut choisir de magasiner un prix et ne peut se permettre vos services. Il tentera donc de trouver quelqu’un de moins cher afin de pouvoir réaliser tout de même une séance. Comme je n’ai pas l’habitude de négocier mes tarifs et que je suis assez stricte sur mes politiques de service… Je sais que oui ça arrive que je perds des clients à cause de mes tarifs. D’un autre côté, lorsqu’un client est prêt à payer mes tarifs, qu’il les juge tout à fait adéquats pour la qualité livrée, qu’il est satisfait de mes services, qu’il en parle et me recommande, c’est ce qui fait le plus plaisir. Je préfère grandement avoir des clients qui respectent mes honoraires et qui sont prêts à collaborer avec moi pour créer des concepts et des idées que ceux qui sont incapables d’avancer parce qu’ils restent fixés sur mes prix tout au long de son expérience. En augmentant nos tarifs, ça arrive donc qu’on perd quelques clients.

3- Style
Un photographe, c’est aussi un style. Un client, ça magasine aussi ça. Un peu comme on ne magasine pas uniquement dans une seule boutique, un client peut avoir envie de ne pas aller voir qu’un seul photographe. Chaque photographe a ses spécialités et c’est ce qui attire ou non un client. Libre à lui de voir ce qu’il veut selon le type de photographie désiré. Il faut donc prendre en considération que lorsqu’on ne peut lui offrir ce dont il a envie, il y a des chances qu’il décide d’aller voir un autre photographe.

4- L’offre à ne pas refuser
Parfois, un client peut se faire offrir une séance même si on ne le sait pas. Ça ne veut pas dire qu’il nous aime pas, mais il connait peut-être un étudiant en photographie qui voulait se pratiquer, il a gagné une séance dans un concours, il a participé à une séance que quelqu’un d’autre s’offrait et j’en passe… Donc, ce n’est pas parce qu’un client ne vient pas nous voir qu’il en paie nécessairement un autre. Si vous allez tous les matins au Second Cup et qu’un matin votre collègue de travail vous invite au Starbuck, il y a des chances que vous y alliez. En photographie, c’est aussi ça…

5- L’amoureux de la photo
Parmi tous les clients que vous aurez, il y a une petite quantité de ceux-ci qui sont des amoureux des séances photo. Ils en font plusieurs par année, tentent de réaliser des séances avec tous les photographes de la région, suivent le travail d’une vingtaine de photographes et sont des aimants à photo. Ce client, vous le verrez passer peut-être qu’une seule fois, parfois deux, avant qu’il reparte vers un autre photographe. C’est dans sa personnalité, mais aussi dans sa manière de voir la photographie. Il préfère vivre plusieurs expériences différentes et c’est tout à fait respectable aussi.

Que vous soyez un photographe qui débute ou qui en est à sa 10e année d’expérience, vous n’y échapperez pas. De plus, en rencontrant des nouveaux clients, vous constaterez que peut-être êtes-vous le nouveau photographe et que vous en remplacez un autre?Les clients vont et viennent, c’est une roue qui tourne tout simplement. Certains vous adopteront à vie et viendront vous voir à toutes les années, de manière très fidèle. D’autres viendront une fois et ce sera votre seul et unique rencontre. Bien qu’il peut être parfois décevant de voir un client partir et que ça peut aussi jouer sur votre moral, concentrez-vous sur ceux qui restent et qui vous apprécient. Toutefois, si tous vos clients quittent, alors commencez à vous poser des questions!

Blog29pinterest