Sarah Tailleur Photographe »

10 bonnes raisons pour ne pas être en couple avec un(e) photographe

Il y a quelques semaines à peine, j’ai fêté mon 5e anniversaire de couple. À 5 ans, on fait l’historique de notre histoire, on s’analyse et on voit ce qu’on aimerait construire de nouveau ensemble. Je l’avoue, après 5 ans, je me suis dit «Bon sens qu’il est bon cet homme». Je le dis en tout honnêteté, je suis vraiment pas facile à suivre. Bien que je tiennes à garder mon homme et que je pense lui faire sentir, voici les raisons pour lesquelles vous devriez fuire les photographes. C’est de l’humour bien sur, on a aussi des qualités!

1- «Ça sera pas long, je le ferme mon ordinateur»
Nous sommes souvent broché à notre ordinateur. On veut toujours finir ce qu’on a commencé et on dirait que dans ce temps-là, on ne finit jamais! Juste fermer notre ordinateur, ça prend au moins 20 minutes. On doit sauvegarder tous nos courriels en courts, nos retouches, se rendre compte qu’on était entrain de faire une commande de matériel… Finalement, on le met en veille jusqu’à temps que vous n’ayez plus besoin de nous.

2- «Je pensais commander un 24-70 1.8, mais j’hésite avec le 50 1.2»
Nos conversations sont parfois assez difficiles à suivre. On est au courant que vous faites de votre mieux pour hocher la tête, mais on se rend vite compte qu’on vous a perdu après le premier chiffre. Ça nous fait du bien de vous en parler, même si au fond, ça ne change pas grand chose dans votre vie.

3- «Je viens de dépenser 1000$ pour un objectif»
QUOI!!!? Pour vous, c’est un voyage dans le sud? Peut-être même une nouvelle télévision? Un nouveau fauteuil? Notre conjoint nous voit sauter de joie, mais ne comprend pas l’utilité de la chose. Un photographe et une carte de crédit, ça fait pas bon ménage. Donc, si vous avez tendance à vous chicaner pour le budget… Un photographe est vraiment pas un bon parti.

4- «J’aimerais faire un test, peux-tu me servir de modèle?»
Ça, quand je le fais, mon chum songe au meurtre. J’ai droit à une petite agressivité dans ses yeux, mais bon il m’aime. Il passe son temps à poser ce pauvre qui déteste les photos. Il faut comprendre, vous êtes notre premier réflexe et vous êtes disponible en quasi-permanence. Donc, lorsqu’on veut essayer le dit nouvel objectif qu’on vient de mettre sur la creditcard et bien, c’est vous le premier à le baptiser! On ajoute à ça, qu’on vous prend en photo en permanence. Vous conduisez, vous dormez, vous vous décrotter le nez… On vous trouve beau, il ne faut pas nous en vouloir!

5- «J’expose à tel évènement et j’aimerais que tu m’aide à monter mon kiosque»
Une à deux fois par année, c’est le temps d’un salon. Que vous le vouliez ou non, nous vous ferons les yeux doux pour avoir vos bras. À deux ça va beaucoup mieux. Une fois le kiosque monté, vous repartez souvent seul parce que nous devons rester sur place. et oui, on vous exploite!

6- «Chéri, j’aimerais aller voir l’exposition sur la photographe allemande qui se spécialisait en photographie argentique de peau humaine en 1964»
Notre goût pour l’art est assez prononcé. Nous aimons les sorties inhabituelles et la culture. Un rien nous inspire et surtout, un rien nous intéresse. «Regarde chéri comment la profondeur de champs est bien exploitée»… «Hmm… Est-ce qu’il y a un endroit pour prendre un verre ici?» Tant mieux si ça vous intéresse aussi, mais sinon attelez-vous! De plus, il faut nous comprendre lorsque nous nous emballons.

7- «As-tu passé une belle journée. Moi aujourd’hui, j’ai vu 2 modèles nus.»
La jalousie pour nos modèles, ça existe! Moins pour les photographes de sexe féminin, mais pour les hommes dans le domaine, les copines jalouses sont choses courantes. Alors, vous sortirez avec quelqu’un qui peut voir quelqu’un d’autre que vous entièrement nu. Parfois même plusieurs dans la même journée. Par contre, vous riez un peu de nous lorsque le modèle fait de l’embonpoint, a une moustache, est chauve, mesure 4 pieds et sent «spécial». Ça compense pour les beaux modèles.

8- «Chéri, j’ai hâte d’avoir des enfants»
Surtout pour les photographes se spécialisant en jeunes familles, l’appel des bébés se fait assez tôt. On en voit à la journée longue et on a dont hâte d’avoir le nôtre. Vous vous ferez harceler jusqu’à ce que vous finissiez par plier. Par la suite, ça sera «Chéri, je devrai recommencer à travailler plus tôt si je ne veux pas perdre mes clients. Veux-tu t’occuper du bébé?»

9- «Il faudrait que nous aillons encaisser des paiements. Ah et il faudrait aller à la poste. J’aimerais aussi aller à ce magasin pour acheter des batteries. Puis, mon imprimante n’a plus de papier.»
Nos sorties pour le travail sont courantes et jamais au même endroit. Encore une fois, nous vous ferons les yeux doux pour ne pas y aller seul. Mais on comprend que vous soyez perdu dans la rangée des déclencheurs de flash. En plus, après tout ce magasinage, il ne nous reste souvent plus de temps pour le vôtre. On se reprend une autre journée.

10- «Je me demande si je suis assez bonne? Si un moment donné ça ne marche plus? Quelle promotion je devrais faire?»
Nos questions existentielles sont multiples et vos réponses ne sont jamais assez satisfaisantes pour nous. Vous essayez de nous rassurer du mieux possible, mais le lendemain, la question est de retour. C’est un cercle infini de questions. Un peu comme avoir un enfant de 4 ans à la maison, sauf que nous, on est adulte. On se tourmente, passe des nuits blanches à retoucher et on manque de temps pour vous.

Malgré tout nos défauts, on vous aime beaucoup. Notre coeur est sensible aux émotions et nous les vivons à fond. On vous aime d’un amour pur, d’un amour passionnel. Personne ne pourra vous faire du mal, mis à part nous, bien sur.

couple, photographe, sortir avec un photographe, relation de couple, problème de couple, sarah tailleur, photographie, studio photo, québecpinterest