Sarah Tailleur Photographe »

«C’est cher pour un petit clique!»

Les photographes professionnels sont de plus en plus confrontés à une perte de leur  statut. Plusieurs s’improvisent photographes, car ils sont munis d’un bon appareil.  Les photographes qui chargent des prix de professionnel entendent la phrase suivante «ça coûte cher pour juste un clique!». Il faut donc savoir que le métier de photographe n’est pas seulement de peser sur le déclencheur de son appareil.

1-    La technique et la formation
Tout comme pour être électricien, plombier ou mécanicien, un photographe doit se former et investir dans sa formation.  En plus de devoir pratiquer un nombre d’heure considérable pour raffiner sa technique et toujours se tenir au courant des mises à jour de son métier. Il ne peut pas simplement s’acheter du matériel, il doit savoir l’utiliser.

2-    La prise de vue
Lors d’une séance photo, le photographe doit prendre en compte plusieurs éléments. L’éclairage ambiant, le matériel à utiliser ou encore le résultat qu’il veut obtenir. Il doit aussi user de psychologie pour comprendre le modèle et le mettre à l’aise. Il y a beaucoup de technique que le modèle ne voit qu’au résultat.

3-    L’autre côté de la caméra
Pour ma part, en plus de devoir «prendre des photos», je dois répondre tous les jours à mes courriels, retourner mes appels, faire des livraisons de CD, acheter du matériel, encaisser les paiements, faire de la gestion des factures et comptes client, mettre à jour mon site Web et mon blog, faire du design pour mes promotions, préparer des évènements avec mes partenaires, ranger et nettoyer le studio, l’impression de pub, de projets ou encore retoucher des photos. Il s’agit de temps où je travaille et que je dois payer au même titre qu’un salarié.

4-    Le matériel
La photographie est un domaine qui coûte assez cher avant d’avoir suffisamment de matériel pour travailler.  Le photographe doit investir dans des flashs, un appareil photo, des objectifs, des fonds de studio,  un posemètre, un ordinateur, des logiciels, une imprimante à facture, trépieds,  des réflecteurs, des softbox et parapluies… sans compter les taxes, assurances et loyers qui doivent être payés.  Il y a souvent un bon montant d’investissement derrière un bon photographe. Un investissement qui doit se rembourser.

5-    La créativité
Lorsque vous choisissez un photographe en particulier, c’est que vous aimez son travail. Vous aimez sa créativité et espérez avoir un résultat digne de son style. Un photographe peut mettre des années avant de définir son style et qu’il plaise à un large public. Il y a une raison pour laquelle vous préférez aller chez un photographe plutôt qu’une chaine de studio, alors pourquoi vous entêter à vouloir payer le prix d’une chaine pour un résultat personnalisé?

6-    Le résultat
Un professionnel sait vous mettre à l’aise et à votre avantage. Il connaît les trucs au niveau des cadrages, poses et éclairages pour que vous vous appréciiez en photo. Que ce soit de cacher un double menton dans la posture, camoufler des vergetures en éclairage ou encore pour raffiner la taille. Il trouvera des solutions en conséquence de votre carrure.  Les amateurs proposent souvent des photos avec des défauts esthétiques flagrants : Chandail mal placé, bijoux qui ne sont pas centrés, étiquettes de vêtements ou encore sous-vêtements visibles. Ce sont quelques un des problèmes qui peuvent survenir.

Donc avant de juger les tarifs d’un photographe prenez le temps de lui poser des questions. La majeur partie du temps, vous vous rendrez compte que le prix vaut la peine d’être payé. Un bon avocat est bien payé, un photographe aussi…