Sarah Tailleur Photographe »

Critique en direct: Hélène Hebert, photographe amateure

Une deuxième critique en direct d’une photographe amateure qui dit se spécialiser en macro. Et le résultat est surprenant! Je suis contente d’avoir reçu autre chose que du portrait. Les gens ont tendance à penser qu’on ne peut être critique qu’en notre spécialité. Toutefois, il y a des bases qui sont identiques pour le portrait, le paysage, l’alimentaire, le macro etc. De plus, le fait d’avoir une autre opinion que la sienne, aide beaucoup à évoluer. Lors de mes études, c’est un élément qui était beaucoup mis de l’avant. On se critiquait entre nous, parfois ça faisait mal… mais c’était toujours très révélateur et constructif.

Les photographes amateurs ont souvent tendance à se spécialiser en portrait, car un sourire ou une belle fille permettent souvent à faire oublier une surexposition, un mauvais cadrage ou tout défaut technique apparent. Lorsqu’on est amateur, on choisit souvent des sujets qui sont beaux pour pouvoir avoir un résultat qui semble beau. Quelques photographes amateurs qui font dans le paysage et la nature ont aussi cette lacune. On prend un paysage qui est beau d’avance et on le photographie. Il n’y a pas de défi, on ne fait qu’illustrer une réalité. Le défi est donc de montrer une autre facette du paysage, une autre ambiance.

Pour cette photographe amateure, j’ai été très surprise de voir ce que j’ai vu. Vraiment, je trouve la photographie très réussie. Je la verrais très bien comme photographie dans un livre ou une revue sans problème. Il y a quelques défauts selon moi, mais très minimes.

1- Les parasites visuels
+ Zone lumineuse: Les problèmes que j’ai vue sur cette photo était qu’il y avait des parasites visuels. Qu’est-ce qu’un parasite visuel? Tout élément qui attire l’oeil et qui ne doit pas le faire. Lorsque vous regardez une photo, c’est le sujet qui doit focaliser l’attention. Si un autre élément devient égal voire supérieur au sujet principal, c’est un parasite. Du côté de cette photo, il s’agit surtout de points lumineux solitaires. Lorsque groupé, les éléments lumineux donnent de la texture. La lumière donne la vie à la photographie, sans lumière, il n’y a pas de photographie. À gauche de cette photographie, j’ai encerclé des points lumineux un peu trop présents même si très petits. Je les ai donc enlevé pour la version finale de la photographie.

+ Zone colorée: Le deuxième type de parasite visuel est d’avoir des couleurs accents qui ne sont pas l’intérêt de la photographie. Dans cette photo, on peut voir une texture rose en bas à droite. C’est aussi le genre d’élément qui attire l’oeil et qui n’a pas d’importance dans la photo. Je l’ai donc retouchée.

2- Le contraste
C’est difficile de savoir doser et c’est facile de trop en ajouter. Le contraste est un élément important en photographie, mais il doit être créer avec beaucoup de subtilité. Dans ce cas, je crois qu’il fallait en ajouter environ 5%, mais pas plus! Juste un tout petit peu pour accentuer le contraste de couleur entre le bleu et le orangé.

pinterest

pinterest

Cette photographe amateure m’a aussi envoyé une photographie de type portrait. Je n’évaluerai habituellement pas 2 photographies comme c’est assez long, mais pour celle-ci je trouvais que ça prouvait un point important en photographie: On a des forces et il faut les exploiter. Pour ce portrait, j’étais un peu moins enchantée. Pas le Waw que j’ai fait en ouvrant la première photographie. Je me suis aussi demandée si la photographe était consciente du talent qu’elle avait en macro. Elle n’est pas mauvaise en portrait, mais il y avait plus de problèmes selon moi.

1- Les détails
Ce sont les détails qui font les grandes photos. Je n’ai rien contre le fait qu’une photo soit naturelle, je ne suis pas du genre à enlever 20 ans à une modèle ou à lui déformer le visage pour l’améliorer. Je suis plus du type à enlever les petits détails qu’on ne remarquerait pas chez la personne si on était en face d’elle et qu’on lui parlait. Dans le cas de cette photo, on parle de veines et de défauts cutanés.

2- Le cadrage
Avec des moments «sur le vif», il peut être difficile d’avoir le cadrage désiré. Sur cette photographie, je trouve qu’il y a trop d’espace à droite et qu’il en manque à gauche. Je n’ai rien contre le fait de couper des bouts de tête, parfois ça rend le sujet plus intéressant. Par contre, sur celle-ci ça n’apporte rien et c’est même dérangeant. De plus, en bas, on peut voir la bedaine de l’enfant, un bout de jeans, un bout de chandail, trop d’éléments inutiles qui attirent l’attention. Voir le ventre aurait pu être un élément ajoutant du naturel à la photo, mais en n’en voyant pas assez c’est malheureusement dérangeant.

pinterest

pinterest