Sarah Tailleur Photographe »

Rétrospective 2017

Je viens tout juste de relire ma rétrospective 2016. Question de savoir ce que j’attendais de 2017 et si finalement celle-ci avait été à la hauteur de mes attentes. J’ai alors réalisé que je n’avais pas vraiment d’attentes tellement 2016 avait été merveilleuse. Il faut l’avouer, après la plus belle année de ma vie, je tombais de haut pour affronter 2017. Et à la finale, qu’est-ce que je retiens de mon année 2017? Qu’avec chance, 2018 arrive tantôt!

Si j’avais à ne nommer qu’un mot pour décrire mon année, j’irais probablement avec «contradiction». J’ai vécu des émotions fortes, les meilleures, mais aussi les pires. C’est souvent ce que 2017 m’a fait, me donner le meilleur pour me l’enlever brusquement. J’aimerais faire un bilan positif de mon année, vous donner le sourire et des étoiles dans les yeux, mais je dois vous avouer que 2017 n’a pas été mon année. Je me suis même demandée si je devais sauter ma rétrospective annuelle. Je refuse cependant de supprimer une tradition sous prétexte que je n’ai pas que du «beau» à vous servir. Je ne fais pas exception aux années moins faciles. Je suis humaine comme vous. Je l’ai peut-être trop entamée de reculons et elle a décidé de m’en vouloir.

J’ai eu l’impression de courir très rapidement sans jamais toucher le sol. Visitant l’hôpital trop souvent à mon goût pour les hospitalisations de mon papa et de mon fils. Visitant les cliniques trop souvent à mon goût pour Olivia et pour moi. La santé qui nous a souvent posé un lapin, j’ai l’impression que le tout m’a fait remettre beaucoup de choses en question. La trop grande importance que j’accorde à des futilités. Le manque d’importance que j’oublie d’accorder aux choses les plus précieuses. Comme la famille et l’amitié. J’ai eu peur pour la vie. Peur de perdre des personnes qui sont des pilliers dans ma vie. Et même peur pour la mienne… Je ne pourrais penser à 2017 sans parler de mon mariage dans le désert du Nevada à Las Vegas. Le moment fort de mon année pour une tonne de bonnes et de mauvaises raisons. Quand je parle de contradiction, c’est exactement ce que je veux dire. Un mariage sur un nuage rose d’amour et un lendemain sur une terre rouge de haine. La chute était brutale. Des souvenirs tellement contradictoires. À travers tout ça, je garde espoir, j’ai la chance de voir une fleur d’amour pousser au travers le béton. Un amour qui perdure depuis 11 ans désormais.

Dans mes dernières rétrospectives, j’ai remarqué que j’écrivais un récapitulatif personnel et professionnel bien distinct. On dirait que cette année, j’en suis incapable. Tout semble mélangé dans mon coeur et ma tête. Cette année, marquait le retour au travail pour toute la maisonnée suite à la naissance de Louis. Les premiers mois ont été ardus. Incapables de trouver l’équilibre familial. C’est probablement toujours ça qui se produit quand on passe d’un à deux enfants. Nous avons beaucoup cherché une stabilité, sans jamais la trouver totalement. Les cris, les pleurs, le manque de temps et le chaos familiale. La contradiction est alors, encore une fois, venue se poser dans ma vie. Le sentiment d’être une mère et une entrepreneure invisible. Ne mettant jamais assez de temps à mon goût, sur l’une ou l’autre des deux sphères. La peur de perdre des moments précieux de la vie de mes enfants, mais aussi celle de tuer mon entreprise, mon bébé, à force de trop vouloir savourer ces précieux moments avec eux. Ce sentiment d’être partout et nul part à la fois, il n’est pas toujours évident à supporter.

Pour m’aider à mieux concilier ma vie familiale et professionnelle, j’ai du user de stratégies. Celle de travailler avec mes enfants ou même de créer des services autour de leur présence. Même avec plusieurs heures de sommeil en moins, il semblerait que je garde mon cerveau en mode solution en permanence. Ce qui est une bonne nouvelle en soit puisque je dors peu avec ma couche tard et mon (trop) matinal. J’ai aussi appris que la santé est plus importante que le boulot. Ça n’a pas été facile à accepter, j’ai même du prendre le plus long congé maladie que j’avais pris depuis mes débuts. Tombée au combat après avoir soignée toute la famille. Un virus tenace qui m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai appris à écouter mon corps, bien que celui-ci m’a offert un lot de stress dans ma gestion d’horaire avant les Fêtes. J’ai aussi pu voir que j’avais des clients, pour la majorité, compréhensifs et humains. Et une chance!

Qu’est-ce que je me souhaite pour 2018? Moins de conflits intérieurs et plus de paix dans l’âme. Moins  de microbes et plus d’éclats de rire. Moins de peur de perdre ceux que j’aime et plus de moments avec eux. Moins de repos forcé et plus de rencontres professionnelles enrichissantes. Et vous? Je vous souhaite la même chose.

Paix. Santé. Amour. Prospérité.

pinterestpinterestpinterestpinterestpinterest