Sarah Tailleur Photographe »

Photographie de Nouveau-Né: Et si on explorait?

La photographie de nouveau-né est une spécialité qui a grandement été popularisée dans les dernières années. Je dis spécialité, car définitivement, cette sphère du métier de photographe n’est vraiment pas pour tout le monde. On doit être armé de douceur, d’une grande technique et de beaucoup de patience. J’ai un grand respect pour eux. Le même que j’ai pour toutes les spécialités en fait. Cependant, quand une spécialité se développe ou se popularise autant, on a aussi parfois l’impression que celle-ci devient de plus en plus encadrée, comme s’il y avait désormais des règles de création. Malheureusement, pour plusieurs photographes, ces règles qui semblent dicter la vérité nuisent aussi à la créativité. En photographie de nouveau-né, on prône les bébés endormis, enveloppés bien serrés et souvent contorsionnés dans des positions bien structurées. Un petit chapeau ou une fleur dans les cheveux, une couverture agencée, un bébé endormi… Et si ce n’était pas seulement ça la photographie de nouveau-né? Si c’était possible d’offrir autre chose dans ce domaine que le «posing»?

D’abord, cet article ne se veut pas contre les photographes qui réalisent ce style de photographies. Ça prend énormément de talent pour réussir ce rendu photographique. Je n’irai même pas vous dire que j’ai ses capacités, car non je ne suis pas capable de «wrapper» un bébé de 12 manières. Manipuler des petits êtres de la sorte demande une grande technique et de la patiente à profusion. Bien que respecté, de pousser vers ce style ne m’attire pas. Si un client vient que pour ça, il sera sans doute bien déçu de voir que je prends les bébés comme ils arrivent. Que je ne tenterai pas de les endormir pendant 2 heures. Que s’il décide de me faire des beaux yeux éveillés, bien ce sont ceux-là que je poserai. J’écris  plutôt pour tous les autres. Ceux qui ont peur de photographier des nouveaux-nés, qui pensent qu’ils doivent absolument endormir leur petit modèle pour réussir un cliché.  Ceux qui pensent qu’ils devront étirer leur séance pendant 4 heures pour avoir un presqu’oeil fermé et qui ressortent complètement vidés de leur prise de vue. L’impression de s’épuiser pour atteindre un style qui au fond ne leur tente pas tant que ça. Ceux qui écrivent leur détresse sur les groupes de photographes pensant qu’ils n’ont pas de talent et qu’ils ne réussiront jamais. Ceux qui développent des boutons juste à penser avoir à photographier un bébé de plus de 14 jours. Ceux qui n’ont pas envie de conserver 1200 accessoires et couvertures en studio. En fait, ceux-là, ils sont tellement plus nombreux qu’on le pense. Je vois un très très grand nombre de photographes complètement angoissés ou même terrorisés à l’idée de ne pas réussir à poser un nouveau-né dans des belles petites poses Pinterest. Comme si la photographie s’arrêtait là. Qu’il n’y avait plus que cette avenue qui était envisageable et qu’ils étaient voués à l’échec si ils ne la prenaient pas. Sincèrement, je trouve ça triste. Cette pensée fait surtout une grande lignée de photographes homogènes. Au lieu de développer son style et de suivre ses tripes, on se confine à quelque chose qui ne nous attire pas nécessairement. Faites donc ce qui vous passionne. La passion, ça donne de la beauté!

Personnellement, je ne me qualifierais pas comme une photographe spécialisée en nouveaux-nés. Je me décrirais plutôt comme une photographe spécialisée en maternité sous toutes ses formes. De la bedaine aux bébés, en passant par la famille élargie. Bien que mes séances préférées soient celles de maternité, je travailleur aussi (plusieurs fois par semaine) avec des bébés. Je photographies des bébés de tous les âges depuis un peu plus de 7 ans. Qu’un bébé ait 1 ou 8 semaines, 1 ou 6 mois, il sera toujours accepté et photographié dans mon studio. D’ailleurs, ça m’étonne toujours de voir un photographe voulant annuler une cliente sous raisonnement que son bébé de 1 mois et demi est trop vieux. Trop anxieux à l’idée de rencontrer un bébé éveillé. Vraiment? Ils expirent après cette durée de vie? Ils ne pourront plus être photographiés avant leurs 7 mois? Des souvenirs entre 2 semaines et 6 mois ça n’existent pas? Vous savez, non ce n’est pas une obligation de ne photographier que les bébés de moins de 14 jours pour rendre ses parents heureux. On peut certes prendre cette décision par envie, mais il n’y a aucun chef de la photographie qui vous enlèvera le droit de pratiquer si vous vous décidez de les aimer à 9 semaines aussi. Oui, pour ceux qui réalisent que le style «cocon», ça prend un bébé ultra souple et endormi, si c’est ça votre style, je comprends de les vouloir à 14 jours de vie et moins, mais sinon immortaliser un souvenir ça se fait à n’importe quel âge!

Plutôt que de mettre vos lunettes de photographe qui veut réussir la pose impeccable, portez plutôt celles du parent qui veut de jolies photos de son bébé. Ce parent dont le bébé a été hospitalisé le premier mois de sa vie. Ce parent qui, cerné jusqu’aux oreilles, n’avait pas envie d’aller chez le photographe dans les 14 premiers jours de vie de son bébé. Cette maman qui a eu sa troisième césarienne, qui a mal et qui est épuisée par son nouveau rythme de vie. Qui veut des souvenirs de son petit bébé, sans doute son dernier, mais qui a simplement trop de broue dans le toupet pour venir avant ses 7 semaines. Mérite t’elle vraiment de se faire dire «désolée votre bébé est trop vieux»? Ces gens, ils méritent aussi d’avoir accès à des souvenirs de qualité. Et en tant que photographe, il y a clairement une demande pour ça. Ce n’est pas vrai que tous les clients veulent des poses de bébés endormis enroulés dans un wrap. Évidemment, il vous faudra parfois jouer les pédagogues et éduquer votre clientèle. Ça m’arrive souvent de devoir expliquer à une maman que non son bébé de 2 mois ne fera pas cette pose qu’elle me présente sur son téléphone d’un bébé de quelques jours entièrement replié sur lui-même.  Mais c’est tout aussi vrai avec celle qui me montrera la photo d’un bébé assis de 8 mois qui vient avec son mini de 1 mois. Ça fait partie de la job que d’accompagner le client et de faire les meilleurs choix adaptés à l’âge de notre modèle. Je le fais aussi avec une femme enceinte qui me proposerait une pose qui la désavantagerait. C’est aussi ça mon rôle professionnel, d’expliquer et de suggérer des poses adaptées à l’âge des petits.

Photographes, je vous encourage donc à ne pas avoir peur de faire votre chemin. D’oser vous spécialiser en photographie de bébé sans avoir le style qu’on s’attend de vous. D’avoir une approche qui vous plait qu’elle soit lifestyle ou posée. L’important, c’est d’être en amour avec votre métier! D’apprécier ce beau minois, encore si fragile et petit, même si il n’a pas nécessairement envie de dormir pendant sa séance. De l’observer découvrir le monde et d’immortaliser son émerveillement. D’accueillir les parents, peu importe l’âge de leurs enfants et de partager ce moment unique de leur vie. De ne pas vous sentir obligé d’éterniser une séance en pensant qu’elle sera nécessairement ratée si un bébé ne dort pas. Oui, ça se peut qu’il pleure. Oui, ça se peut qu’il retourne boire 4 fois. Mais oui, vous ferez des parents heureux de voir que vous vous investissez dans votre boulot.

Je ne suis pas une photographe spécialisée en nouveau-né, je suis simplement une photographe spécialisée dans la vie. Laissez tomber tout ce stress que vous vous mettez et explorez. Il y a tellement de styles possibles!

Voici donc  que des bébés de plus de 14 jours. Pour vous faire découvrir que ça s’immortalise, ça aussi…

Un nouveau-né de quelques jours, bien éveillé

pinterestpinterestUne jolie cocotte de 3 semaines

pinterest

1 à 3 mois
pinterestpinterestpinterestpinterestpinterestpinterestpinterest